Chemsex

Dépliant illustré destiné à communiquer sur les bonnes pratiques autour du Chemsex.

Depuis quelques années, l’association Aides a constaté l’apparition d’une nouvelle pratique, notamment dans le milieu gay : l’usage de produits psychoactifs en contexte sexuel, pratique appelée le « chemsex » (contraction de chemistry — chimie en anglais — et sexe). Les drogues utilisées à cet effet (cathinones, méthamphétamines, GHB, etc.) permettent d’éprouver un plaisir plus intense, d’être plus performant et de désinhiber. Le nombre d’adeptes est en constante augmentation, mais il en va de même pour les complications potentielles : addiction, épisodes hallucinatoires, états dépressifs, etc. La pratique du slam (usage de drogues par injection) entraîne une prévalence au VIH trois fois plus élevée, et au VHC 15 fois plus élevée.

Face à l’augmentation du nombre de gays usagers en contexte sexuel et de leur répartition sur l’ensemble du territoire, Aides a choisi de développer des actions locales et hors les murs sur des lieux de consommation sexuelle (soirées privées, saunas, etc.). L’association propose également des dispositifs pour répondre aux demandes urgentes : une ligne téléphonique 24/7, un numéro WhatsApp 24/7, et un groupe Facebook, lieu d’échanges et d’autosupport pour les usagers, modéré et animé par des militants-es. Pour accompagner cette démarche, l’association m’a demandé de réaliser un document expliquant les bonnes pratiques pour une soirée chemsex en toute sécurité.

Nous avons réalisé un dépliant illustré qui représente un loft design et cosy, dans lequel est en train de se dérouler une soirée. Malgré l’absence de personnages, on peut le voir aux objets présents dans les différentes pièces et sur les meubles. La chambre à l’étage est renommée Sex-Room, c’est le lieu des pratiques sexuelles. L’espace de consommation de produits psychoactifs (surtout en injection), appelé Chems-Room, est regroupé dans la cuisine et la salle de bain. Tous les objets présents sont accompagnés d’annotations qui expliquent comment bien les utiliser pour éviter tout risque d’exposition aux virus : godes, plugs, seringues, sling, cups, lubrifiant, etc. Nous avons également attaché une importance à la présence d’un coin détente, où les participants peuvent venir se reposer, s’hydrater, discuter tranquillement et faire redescendra la pression : c’est l’espace Chill-Out. Dans cette pièce est également accrochée une toile de l’artiste gay Joff.